ENTOILAGE, UN SAVOIR-FAIRE À TRANSMETTRE : UNE PRODUCTION OZELYS

En 2016, Ozelys a été sélectionnée par le musée de l’Air et de l’Espace, pour produire et réaliser un film court, diffusé en 2017 par l’établissement et son mécène, le Crédit Agricole d’Ile de France. Le sujet : l’entoilage, un savoir-faire aéronautique ancestral. L’enjeu : mettre en boîte des gestes rarement filmés et retranscrire fidèlement, à la fois le talent et l’atmosphère des ateliers de restauration du musée, et la transmission du savoir-faire. Pour cela, au format interview, nous avons préféré une brève entrée en matière suivie de cinq minutes d’images en musique, entrecoupées des commentaires du maître entoileur à ses élèves, comme si nous avions posé la caméra dans un coin de ce lieu où le temps semble s’être arrêté.

Film "Entoilage : un savoir-faire à transmettre"

Capture d’écran du film « Entoilage : un savoir-faire à transmettre » © OZELYS

Un conservatoire d’avions et de techniques

Le musée de l’Air et de l’Espace est le temple du patrimoine aéronautique français. C’est en entretenant des savoir-faire uniques et précis qu’il remplit son rôle de trait d’union entre l’aviation du passé et celle de l’avenir. L’aviation est faite de métiers qui évoluent avec les techniques industrielles et les matériaux. Des métiers disparaissent avec le bois et la toile, d’autres naissent avec les composites. Pour garder au maximum l’ADN original des avions de la collection, le musée doit veiller à conserver les techniques de construction et de maintenance aéronautiques de chaque époque.

Musée recrute entoileur

Mais début 2016, l’entoileur du musée, Alain Depaux, a fait valoir ses droits à la retraite. Sans lui, les avions en bois et toile se sont trouvés orphelins et la capacité du musée à restaurer ce type d’appareils, menacée. Pour le remplacer, aucun autre spécialiste de l’entoilage, une technique qui n’est plus enseignée dans les écoles d’art ou d’aéronautique.

Un mécène providentiel s’est alors manifesté par le biais de sa fondation : le Crédit Agricole d’Ile de France. En effet, le musée répond aux trois critères d’attribution d’un mécénat : établissement situé en Île de France, faisant intervenir un jeune talent, dans un projet de patrimoine. Le financement accordé a permis au retraité de revenir au musée une fois par semaine, de janvier à juin 2016, pour former et transmettre son savoir-faire à une jeune recrue, restauratrice diplômée d’une école d’art : Sahra Sebbahi. Arnaud Mars, restaurateur qui fait des merveilles sur les avions du musée, tels le Yak 3 ou le Morane AI de Fronval, tous deux récemment exposés, a bénéficié de la formation.

Un petit film comme une levée de voile

Les ateliers de restauration du musée de l’Air et de l’Espace, parce que fermés au public, font l’objet de véritables fantasmes. Ceux qui les visitent se sentent privilégiés, comme invités dans le Saint des saints, avec une émotion non dissimulée et en ressortent des étoiles plein les yeux. Nous voulions montrer cette ambiance, en nous faisant tout petits, pour donner l’impression d’avoir laissé tourner la bobine, tout en captant les regards de ces trois personnages, concentrés sur leur ouvrage.

Notre film court permet de garder une trace de cette transmission exceptionnelle, tout en communiquant sur les techniques, uniques au monde, du musée aéronautique national. Fiers de participer à notre modeste niveau à la promotion du patrimoine aéronautique français, et profondément attachés au musée de l’Air et de l’Espace, nous avons été séduits par cette belle histoire de rencontre intergénérationnelle, nous nous sommes efforcés d’en retransmettre, simplement, le charme et l’exclusivité.

Un grand merci à Catherine Le Berre, directrice marketing et Catherine Maunoury, alors directrice du musée, qui ont initié ce projet. Merci aussi à Christian Tilatti, conservateur en chef, Jacques Hochart, responsable des ateliers et à nos trois « acteurs » cités dans cet article.

PN

Film : https://www.youtube.com/watch?v=rFudnnp6nYk

Titre : Entoilage, un savoir-faire à transmettre.

Durée : 5’30’’

Production : Ozelys

Réalisation : Jérôme Bonnard