Convention France Spectacle Aérien 2017 : entre deux saisons.

2018 sera l’année des meetings aériens chez Ozelys. Nous allons travailler sur trois de ceux inscrits à l’agenda de la riche saison qui va s’ouvrir. Aussi, puisque la famille des organisateurs et pilotes de meetings est un peu la nôtre, et qu’elle est structurée en une instance représentative – France Spectacle Aérien (FSA) – Stéphanie s’est rendue à la traditionnelle convention lyonnaise.

22047967_1446000095520685_6364701283221010306_o

La quatrième convention FSA s’est tenue à Ecully le samedi 25 novembre 2017. Je ne manque pas le rendez-vous et porte pour l’occasion mes deux casquettes de collaboratrice Ozelys et de commentatrice de l’Aéronautique Navale. Ce rassemblement annuel est devenu un passage obligé pour tout membre d’organisation de meetings, tel un rituel marquant la fin de saison aéronautique et annonçant la couleur pour la suivante.

Avec plus de 160 participants, militaires (les trois armées étant représentées) ou civils, parmi lesquels des pilotes (Catherine Maunoury, la Breitling Jet Team, Frédéric Akary, …), des organisateurs (FSA, JM Airshow, Lens Airshow, Amicale Jean-Baptiste Salis, …), des agents de piste, et des commentateurs, venus des quatre coins de la France, cette journée permet de mettre en commun les expériences d’une saison 2017 riche en évènements.

« Safety first »

En effet, à peine le rideau tombé sur une saison aéronautique, qu’il faut faire le bilan de tout ce qui s’est bien ou mal déroulé au cours de celle-ci, mais aussi déjà prévoir 2018.
Comme nous le savons tous, cette année fut hélas jonchée d’obstacles au bon déroulement de nos beaux meetings aériens. L’accroissement des règles de sûreté lié aux accidents passés et à l’état d’urgence en vigueur, imposant aux organisateurs des contraintes toujours plus drastiques, n’est finalement qu’un problème parmi d’autres auxquels ces derniers sont souvent confrontés. Si des meetings dits majeurs ont été contraints d’annuler parfois à 15 jours à peine de l’ouverture, faute de moyens et malgré des tarifs en hausse, pratiqués afin d’assurer la sûreté, comment pourront survivre les meetings plus petits ?

Outre les coûts élevés pour maintenir l’ordre et la sécurité lors de nos rassemblements aériens, la règlementation et les difficultés à trouver de nouveaux sponsors sont autant de freins supplémentaires rencontrés et déboutant hélas parfois les bonnes volontés qui souhaitent se lancer dans l’organisation de meetings aériens chaque année. Autant de sujets qu’il est donc nécessaire d’aborder ensemble afin de trouver des solutions qui permettront d’assurer l’avenir des meetings aériens en France, car comme l’a rappelé Jean-Noël Bouillaguet, président de FSA : « S’il n’y a plus d’organisateurs, il n’y a plus de meetings  ! ».

Défendons nos meetings

Et la fin des meetings aériens en France sonnerait un peu comme la fin de l’ère du rêve et de l’innovation, la fin d’un siècle de réussite en somme, celle de toute une nation. L’aviation étant finalement à elle seule un patrimoine, véritable fleuron de notre pays. Car depuis plus d’un siècle, le public foule les terrains d’aviation chaque année, s’empressant de rêver devant ces aéronefs pilotés par des hommes et des femmes d’exception, des pilotes animés par la seule envie de partager une passion hors du commun, de susciter des vocations chez les plus jeunes, et des rêves chez les plus grands. C’est ce que Jacques Arnould, chargé des questions d’éthique au Centre National d’Études Spatiales, tient à souligner lors de sa prise de parole : « Les meetings aériens sont telle une grand-messe à laquelle on va avec plaisir ! ». Selon lui, nos meetings aériens sont composés de trois éléments clefs et essentiels à leur réussite : le plaisir, la fascination, et l’imagination.

Le plaisir, notion inhérente aux meetings aériens, lié à la découverte et au partage, mais aussi aux retrouvailles, et conférant à ces spectacles populaires, un aspect un peu sacré ; la fascination des gens qui souhaiteraient faire comme les pilotes sans pour autant oser les imiter ; puis enfin l’imagination, prenant une place considérable dans les meetings, grâce à la possibilité pour tous de se retrouver en quelque sorte « ailleurs qu’ici », offrant ainsi à chacun une parenthèse dans un quotidien parfois éreintant.

Ces trois facteurs réunis constituent donc la face exceptionnelle des meetings aériens qui sont la vitrine de l’aéronautique, celle qui permet de mettre en valeur notre Histoire, en plus d’assurer la pérennisation du patrimoine et le rayonnement de notre industrie.

La communication, vecteur de réussite

Que ce soit pour pousser des coups de gueule ou donner des coups de pouce aux acteurs des meetings aériens, cette convention FSA, ayant parfois des allures de retours d’expériences profitables à tous, est donc idéale afin de communiquer et de prendre conscience de ce qui fonctionne déjà et de ce qui mériterait d’être pensé autrement pour les meetings à venir. La fin de la journée sonnant le glas de la saison 2017, nous reprenons tous le chemin du retour, nous préparant pour une nouvelle année aéronautique. Une année 2018 qui se place sous le signe des bonnes résolutions afin de garantir ensemble l’avenir et le succès de nos prochains meetings aériens.

SP